sport

le meilleur du sport et des grandes compétitions sportives

pas encore abonné ?
Une-deux Jackson Richardson - Thomas Villechaize
Mondial de Handball Une-deux Jackson Richardson - Thomas Villechaize
  • 45

Questions/Réponses

Du 11 au 29 janvier, beIN SPORTS diffusera l'intégralité du Championnat du Monde de Handball. Une compétition que nous présentent Jackson Richardson et Thomas Villechaize.
 
Messieurs, le championnat du monde de handball débute dans quelques semaines. Quels sont les favoris de ce mondial ?
Jackson Richardson : Tout d’abord il y aura la France. Forcément, ça se passe à la maison, devant notre public. Toutes les conditions vont être réunies pour réaliser de belles choses. Les Français restent sur deux « échecs » avec la contre-performance à l’Euro (5ème place) et la finale perdue aux JO. Ils ont cette soif de gagner et ont envie de briller à domicile.
Parmi les favoris je citerais aussi le Danemark qui est souvent présent dans le dernier carré final. Les Danois sont d’ailleurs champions olympiques. Méfiance aussi à l’Allemagne, championne d’Europe en titre, qui a envie de reconquérir le handball mondial. Et enfin l’Espagne, qui reste sur une frustration d’avoir manqué les Jeux Olympiques (non qualifiée). Ils ont une certaine revanche à prendre vis-à-vis de leur pays.
Thomas Villechaize : C’est très compliqué quand on évoque les favoris d’éviter de parler de la France. Jouer à domicile, cela va rappeler des souvenirs puisqu’en 2001 déjà, le Mondial était organisé ici. A l’époque, l’équipe de France ne faisait pas partie des meilleures équipes et pourtant, elle avait été portée par un engouement populaire incroyable (la France remporta la finale contre la Suède).Pour cette édition, elle est dans le Top 3 des meilleures nations. On souhaite évidemment revivre ce même genre d’émotions fantastiques avec le même soutien populaire et que cela boostera les Bleus. Cela ira de pair avec un niveau de jeu retrouvé.
Après les JO de 2016, l’autre favori se nomme forcément le Danemark, le champion olympique. Ensuite, comment ne pas évoquer l’Allemagne, championne d’Europe en titre. Les Allemands possèdent une équipe très jeune, avec un super sélectionneur (le Danois Dagur Sigurosson). Ils ont une vraie cohésion d’équipe même si certains éléments importants de leur groupe seront absents.
 
A l’image du Qatar, finaliste lors de la précédente édition, une équipe peut-elle à nouveau créer la surprise ?
Jackson Richardson : Le Qatar était à l’époque dans les meilleures conditions, puisque pays organisateur. Cette année, je pense que l’on va retrouver la hiérarchie du handball mondial, avec les Européens largement au-dessus. Je ne vois pas une autre équipe crée la surprise.
Thomas Villechaize : On peut citer la Croatie, une  nation toujours présente dans les grands rendez-vous. Elle reste une équipe incroyable, capable de tout, du pire comme du meilleur. L’Espagne demeure quant à elle la grande incertitude de ce tournoi. On ne sait pas à quel niveau elle évoluera. La Roja nous avait laissé sur notre faim à l’Euro 2016 (finaliste) et elle a été absente ensuite des Jeux Olympiques de Rio. Donc ce sera le grand retour des Espagnols.
 
Quels seront les joueurs à suivre pendant la compétition ?
Jackson Richardson : Il y a tellement de joueurs talentueux et ce dans toutes les nations. C’est difficile d’en sortir qu’un. Côté français il y a toujours les joueurs clés que sont Karabatic, Narcisse et Omeyer. Chez les Danois, on retrouve Mikkel Hansen, le joueur du PSG. Pour l’Allemagne il y a le capitaine Uwe Gensheimer. La liste est très longue !
Thomas Villechaize : Nikola Karabatic forcément. C’est logique de le nommer car il a été élu meilleur joueur du monde à deux reprises (2007, 2014), il a remporté la Ligue des Champions avec le Barça (2015) et depuis son arrivée à Paris, il a énormément de responsabilités ; comme il en a toujours eu. C’est un joueur hors-norme, exceptionnel, capable de transcender une équipe. Il a été un peu en-dedans voir décevant en finale des JO… C’est un guerrier, un combattant et il a une revanche à prendre avec lui-même.
 
 
Jackson, vous qui avez remporté le Mondial 2001 en France, jouer à domicile est-il vraiment un avantage ?
Jackson Richardson : C’est à double tranchant. C’est un avantage dans le sens où le pays organisateur est dans les meilleures conditions. Mais jouer à domicile c’est aussi avoir une pression supplémentaire. Je ne me fais pas de souci pour les anciens qui ont l’habitude des grands rendez-vous et qui savent faire abstraction de tout ce qu’il y a autour. Le plus compliqué sera pour les jeunes qui vont découvrir une grande compétition comme le Mondial. Ils devront faire attention à ne pas être spectateurs et se mettre trop la pression.
Ce serait vraiment fantastique de reconquérir un titre à la maison. Ça serait une belle vitrine pour notre sport mais aussi une belle sortie pour ceux qui vont prendre leur retraite.
 
Quel sera le dispositif beIN SPORTS pour la compétition ?
Thomas Villechaize : C’est un dispositif exceptionnel, à la hauteur de l’évènement. « Phénoménal » pour reprendre le mot clé de ce Mondial. Pour chaque avant-match des Bleus, nous serons en plateau avec Jackson Richardson et Bertrand Gille, qui nous a rejoints pour cette aventure. Et puis bien sûr, tout le reste de nos équipes : Mary Patrux, notre meneuse de revue, François-Xavier Houlet et moi-même pour commenter les matchs de l’équipe de France, Olivier Girault, Dominique Verdon, Benjamin Charollais et Xavier Hamel pour les bords terrains, Fabien Douillard qui nous fera vivre au plus près des Bleus toute l’aventure de l’équipe de France.