Le Mag TV

Danielle Darrieux

Un siècle de grâce

Hommage à l'une des plus grandes actrices françaises

Tous les vendredis d'août

Danielle Darrieux

Une filmographie bien remplie

Le 1er mai 2017, Danielle Darrieux fêtait ses 100 ans. En août, OCS Géants lui rend hommage le temps d'un cycle avec 5 films qui ont marqué sa carrière.

 

La Fausse maîtresse Vendredi 4 août à 20h40. Réalisé en 1942 par André Cayatte. Avec Danielle Darrieux, Lise Delamare, Bernard Lancret.

Un cirque s'installe dans une petite ville du pays catalan. Lilian Rander, une jeune et jolie trapéziste fait tourner le tête de tous les hommes. Elle accepte de se faire passer pour la petite amie de René, car Guy, le meilleur copain de ce dernier, le soupçonne (à raison) d'être l'amant de sa femme. Si cette histoire est au début un jeu pour les deux tourtereaux, elle va se transformer peu à peu en une vraie passion amoureuse. Quiproquos et situations confuses vont finalement  renforcer les deux histoires d'amour. Librement adapté du roman d'Honoré de Balzac, ce film a été tourné sous l'Occupation, avec le seul objectif de divertir le public.

 

Bethsabée Vendredi 4 août à 22h00. Réalisé en 1947 par Léonide Moguy. Avec Danielle Darrieux, Andrée Clément, Georges Marchal, Paul Meurisse.

Arabella est une belle femme au passé sulfureux. Elle part rejoindre son fiancé en garnison  dans un poste de spahis, au fin fond du Maroc. Elle y est reconnue par un officier qui fut autrefois son amant. Le colonel qui dirige cette place forte en tombe lui aussi éperdument amoureux et conçoit le stratagème d'envoyer le fiancé dans une expédition qui pourrait être mortelle. Une histoire dramatique qui finira mal pour tout le monde. Un film classique en son genre, témoin d'une époque.

 

Le Rouge et le Noir Vendredi 11 août à 20h40. Réalisé en 1954 par Claude Autant-Lara. Avec Danielle Darrieux, Gérard Philipe, Jean Martinelli.

Ce film est la transposition au cinéma du plus célèbre roman de Stendhal. C'est une critique acerbe de la bourgeoisie et de l'église sous la Restauration et le règne de Charles X. Pendant plus de 3 heures, on suit le parcours de Julien Sorel, jeune ambitieux, qui va le mener, après des hauts et des bas jusqu'à la guillotine. Lors de son procès, il se remémore ses amours sulfureuses avec Madame de Rénal. La fuite à Paris pour s'éloigner des commérages. Sa rencontre avec le marquis de La Mole dont il devient le secrétaire et de sa fille Mathilde qu'il sera contraint d'épouser. Puis le coup de révolver tiré sur madame de Rénal et sa condamnation à mort. Le film porté par les deux acteurs en vogue à l'époque est considéré comme le chef-d'œuvre de Claude Autant-Lara.

 

Caprices Vendredi 18 août à 20h40. Réalisé en 1942 par Léo Joannon. Avec Danielle Darrieux, Albert Préjean, Jean Parédès.

Elle est actrice. Lui est un riche industriel. Elle se rend à un bal costumé déguisée en marchande de fleurs. Lui en escroc de grand chemin. De mensonges en quiproquos, ce petit jeu va les emporter dans un tourbillon d'aventures en compagnie de leurs proches. Lorsqu'à la fin, la vérité éclatera et que tout ce beau petit monde abandonnera son rôle pour revenir au monde réel, l'amour sera plus fort que tout. Le film doit beaucoup à ses acteurs et notamment à Jean Parédès qui préféra toute sa carrière durant le théâtre au cinéma.

 

Madame de... Vendredi 25 août à 20h40. Réalisé par Max Ophüls en 1953. Avec Danielle Darrieux, Charles Boyer, Vittorio de Sica.

Ce film est souvent considéré comme le meilleur film de Danielle Darrieux, tant elle fait corps avec le rôle. Ce chef-d'œuvre de Max Ophüls doit beaucoup à la comédienne. On y suit le parcours de boucles d'oreilles qui, de vente en revente, aura des conséquences dramatiques. Le film est librement adapté du roman de Louise de Vilmorin, mais Max Ophüls en a changé la fin pour qu'il colle à l'un de ses thèmes favoris : le bonheur est triste.

Le réalisateur déclarait à propos de son actrice : «Danielle, c'est la vie... J'adore travailler avec elle ! Elle sait parfaitement s'imbiber de mes convictions, comme une idéale éponge intellectuelle, pour les faire égoutter ou, s'il le faut, les déverser dans les scènes à jouer, avec une précision de mathématicien... Je l'adore !».

Danielle Darrieux

  • info
  • photos
Chargement en cours
La fausse maîtresse
Bethsabée
Le rouge et le noir
Caprices
Chargement en cours
La fausse maîtresse
La fausse maîtresse

Vendredi 4 août à 20h40

1/5

Autres diaporamas

Sur le même sujet Classique