Le Mag TV

Le Cercle Rouge

Un polar noir de Jean-Pierre Melville avec Bourvil, Delon, Montand et Volonte

Jeudi 12 octobre à 20h45

Le Cercle Rouge

Le dernier film avec André Bourvil dans le rôle d'un flic impressionnant, un registre assez inattendu pour le comédien, aux antipodes de ses personnages comiques habituels.

Le Cercle Rouge raconte l'histoire de deux truands, Corey (Alain Delon) et Vogel (Gian Maria Volonte). L'un est tout juste sorti de prison, l'autre vient d'échapper à la vigilance du commissaire Mattei (André Bourvil) pendant son transfert, et se retrouve en cavale.

Les deux nouveaux amis vont s'associer pour faire le casse du siècle : une bijouterie place Vendôme. Ils sont épaulés par un ancien commissaire devenu alcoolique : Jansen (Yves Montand). Pour réussir le vol « parfait », Jansen doit réussir un tir « parfait ». Mais un sevrage s'impose s'il veut faire mouche du premier coup et emporter tous les bijoux.

Pendant ce temps, l'étau se resserre autour des malfrats. À la recherche de Vogel, Mattei va les attirer dans une souricière qui leur sera fatale.

Jean-Pierre Melville a réalisé quatorze films dont au moins six sont considérés comme des chefs-d'œuvre. C'est le cas du Cercle Rouge qui reste son plus grand succès. Le film a réuni 4 300 000 spectateurs à sa sortie en 1970. Ce polar lourd, de par son ambiance, a influencé par la suite bon nombre de réalisateurs tels que Quentin Tarentino, Jim Jarmusch ou John Woo.

Le film est porté par des acteurs dont l'interprétation est d'une rare intensité. Melville avait d'abord pensé à Lino Ventura pour jouer Mattéi. Il choisit finalement Bourvil qui n'a plus beaucoup de temps à vivre. Il fait ajouter son prénom, André, sur les affiches, comme pour donner un coup de sérieux à sa carrière essentiellement comique. Dans les rushes de Melville, il existe une fin différente voulue par Bourvil, celle où il reprend "la tactique du gendarme" sous l'œil ébahi de Gian Maria Volonte. Un dernier rire avant les larmes.