Le Mag TV

Alphonse Président

saison 1 inédite

Au service de la France

Chaque jeudi à 20h40

Alphonse Président

Quand la France est au bord du gouffre, un seul homme peut la sauver : Alphonse Dumoulin !

En France, en 2017 : le chômage augmente encore et toujours. La dette a explosé, et il manquerait 200 milliards pour boucler le budget de la Grande Nation.Rien ne va plus, on brade à tout va : les usines aux Indiens, les châteaux aux Russes, les équipes de foot aux émirs, les vignobles aux Chinois...Pour couronner le tout, le Président de ce qui reste de la cinquième puissance économique mondiale disparaît. En vertu de l'article 7 de la Constitution, La Première ministre Amandine Barzati saisit le Conseil Constitutionnel afin qu'il constate la vacance du pouvoir et nomme le Président du Sénat pour assurer l'intérim. Après d'âpres batailles dans l'ombre, les partis politiques en place font élire Alphonse Dumoulin, professeur d'histoire à la retraite, Président du Sénat et par ricochet Président de la République. Pour lui commence une longue route qui va le mener de Paris en Corse, en passant par Bruxelles, le temps de 10 épisodes, tous plus farfelus les uns que les autres. Car Alphonse Président est, ne l'oublions pas, une comédie qui met en scène tous les codes de la politique pour mieux en rire.

Rencontre avec Michel Vuillermoz, sociétaire de la Comédie Française, qui donne vie à cet homme qui n'aurait jamais pensé se retrouver un jour à présider les destinées de la France.

On fait la connaissance d'Alphonse lors d'une joute oratoire et gustative avec ses collègues, mais qui est-il vraiment ?

Michel Vuillermoz : Avec la scène des croissants, les anecdotes du bon goût et des valeurs auxquelles il tient, on découvre un homme attaché à la culture française, aux traditions et à l'esprit de cette France qui n'existe plus, mais qu'il aime toujours et qu'il est prêt à défendre. En quelque sorte, il ressemble un peu à Cyrano dans ses combats.Il aimerait redonner une ambition, une place stratégique à son pays. Une France telle que l'a rêvée De Gaulle. Depuis Mitterrand, dernier président à la hauteur de la fonction suprême, nous n'avons que des gestionnaires, politiciens, tous soumis au CAC 40, à l'Europe, à la mondialisation, aux sondages, aux magazines... Incompétence flagrante de nos dirigeants qui ne savent pas quoi faire, où quand ils savent un peu, n'ont plus les moyens d'agir. Et cela malheureusement dans tous les domaines. Il ne leur reste donc que la Politique spectacle. Pathétique et dévastateur ! Alphonse lui, sait ! Du moins le croit-il... Courageux, armé d'une vraie culture historique, nourri au bons sens paysan et pénétré d'une morale irréprochable, il veut redonner grandeur et panache à cette France qu'il aime tant.

Oui, mais avec quelles méthodes ?

Alphonse est un homme du terroir. Il est arrivé en politique par hasard. C'est un sénateur qui connaît bien sa région et les problèmes qu'elle rencontre. Il pense que ce qu'il a réussi au niveau local peut se transposer au niveau national, voire international. Malheureusement, la réalité est tout autre et il va vite se rendre compte que le costume qu'on l'a forcé à endosser est trop grand pour lui. Cela fait beaucoup pour ce pauvre homme. Mais tant pis, il se prend au jeu et puisqu'il est président, on fera comme il l'entend. Pour ce grand naïf, c'est sans compter sur la réalité d'un gouvernement qui n'est pas proche de lui. La France est en déficit et le monde de l'argent demande des solutions rapides. En plus de ressembler à Cyrano, Alphonse a aussi des traits de Don Quichotte. Se battre contre les moulins n'est pas chose aisée !

Une série sur la politique comme les autres ?

Ce n'est pas une série politique comme Baron Noir. Elle peut ressembler à ce qui se passe en ce moment en France et dans le monde. Mais c'est avant tout une série comique. Je dirais plutôt que c'est un subtil mélange entre Veep et Les Hommes de l'Ombre. C'est une série politique où l'on rit. J'ai moi-même beaucoup rit en la regardant, notamment lorsque Dumoulin, de par les absurdités de l'Europe, est obligé d'aller à Bruxelles défendre la Langouille !Nicolas Castro, le réalisateur, a imaginé des situations et des dialogues qui sont proches de la réalité politique, mais qui sont aussi très drôles. Le fait de tourner en 5 semaines ne nous laissait pas le droit à l'erreur, mais a aussi contribué à donner du rythme à cette série.

Le sérieux d'un acteur du Français est-il une caution pour cette série ?

J'aime dire des textes ! Les mettre en bouche. J'ai voulu donner un côté humaniste au personnage. Il y a du Cyrano, mais aussi du Bonaparte ou de l'Astérix en lui. Je lui ai beaucoup donné de moi-même aussi, mon côté Marielle qui est ma référence absolue. Avec Nicolas, nous nous sommes amusés à mélanger les genres. Vous trouverez des clins d'œil à Audiard, Gabin, Ventura et même Louis Jouvet dans un des épisodes. En quelque sorte, Dumoulin est le Président de ce cinéma-là !

Un travail facile ?

Oui ! Avec Nicolas Castro et Tatiana Maksimenko la productrice, nous nous sommes beaucoup préparés en amont. Nous avons parlé, fait des lectures, affiné les dialogues. Le tournage n'a duré que 5 semaines, il fallait qu'on travaille vite, mais avec un ton juste et vrai.Certes, on tourne les scènes dans le désordre et cela demande une certaine gymnastique pour les acteurs, mais Nicolas est un grand maître d'œuvre. Et puis nous avions les mêmes références et le même amour du cinéma, celui de Prévert ou de Janson. Donc, tout était simple !

10 épisodes et une suite ?

Avec Nicolas et Tatiana, nous aimerions beaucoup. OCS nous a permis de donner vie à Alphonse et avec ce qui se passe dans le dernier épisode, oui, on peut envisager une suite. Il y a dans cette série une naïveté qui fait du bien. Elle est positive malgré ce qu'elle raconte, et en ces périodes difficiles, ce n'est pas anodin. Et puis Alphonse a des comptes à régler. Il y a des situations en suspens, des questions qui demandent des réponses. Tel De Gaulle ou Bonaparte depuis son île, il entre en résistance. Il est prêt à défendre ses idées pour sauver la France.Mais comme toujours, il faut que la série trouve son public. Je vous donne d'ailleurs un conseil : il faut la prendre au second degré, il ne faut pas la prendre au sérieux, car nous ne nous sommes pas pris au sérieux. Alors, vous prendrez plaisir à la regarder, tout du moins je l'espère...

BA - Alphonse Président

par OCS

Bande-annonce Alphonse Président sur OCS à partir du 23 novembre.

vidéos similaires

lecture autoOUINON
Sur le même sujet Série