Le Mag TV

Daniel Day-Lewis

Un acteur aussi rare qu'exigeant qui se donne corps et âme dans chacun de ses rôles

Chaque vendredi à 20h50

Dandy raffiné dans "Chambre avec vue" de James Ivory, ou leader du gang des Natifs américains, surnommé Bill le Boucher, dans "Gangs of New York" de Martin Scorsese, l'acteur britannique est réputé pour être l'un des plus sélectifs dans le choix de ses personnages. Il est la star du mois sur la chaîne du cinéma dans quatre de ses meilleurs rôles.

There will be blood - vendredi 5 juin
De Paul Thomas Anderson / 2008 / Avec Daniel Day-Lewis (Daniel Plainview), Paul Dano (Paul Sunday/Eli Sunday)
Dans l'Ouest américain du début du XXe siècle, Daniel Plainview entend parler d'une petite ville de Californie dont le sol regorgerait de pétrole. Il décide d'aller tenter sa chance et part avec son fils à Little Boston. Il se fait passer pour un chasseur et parvient à convaincre le vieil Abel Sunday de lui vendre une parcelle de son terrain sur laquelle abonde le gibier. Plainview commence alors à prospecter sur sa nouvelle propriété acquise à moindre coût. Les habitants réalisent que les richesses de leur ville sont tombées aux mains d'un étranger. Un vent de contestation se lève avec à sa tête le pasteur de Little Boston.

Le Temps de l'innocence - vendredi 12 juin
Comédie romantique de Martin Scorsese / 1993 / Avec Michelle Pfeiffer (Ellen Olenska), Winona Ryder (May Welland), Daniel Day-Lewis (Newland Archer)
En 1870, le célèbre avocat Newland Archer se rend à une réception dans la haute société new-yorkaise avec sa fiancée, May Welland. La jeune femme lui présente sa cousine, la comtesse Ellen Olenska, récemment séparée de son mari. Newland est immédiatement conquis et lui fait aussitôt envoyer des fleurs. Alors que May lui demande d'avancer la date de leur mariage, Newland ne pense qu'à Ellen dont il est secrètement tombé amoureux. Conformément à son rang et aux conventions familiales, il doit pourtant épouser May.

Au nom du père - vendredi 19 juin
Drame irlandais de Jim Sheridan / 1994 / Avec Daniel Day-Lewis, Pete Postlethwaite, Emma Thompson
À Belfast, en 1975, Gerry Conlon provoque involontairement une émeute qui lui vaut d'être recherché par les Britanniques et l'IRA. Il se réfugie à Londres, en compagnie de Paul Hill. Une bombe explose à Guildford Pub, non loin des deux amis. Paul, Gerry et toute sa famille sont jetés en prison en vertu de la loi antiterroriste, après que Gerry, menacé par l'inspecteur Dixon, a été contraint de signer de faux aveux. Cinq ans plus tard, le véritable auteur de l'attentat reconnaît les faits, mais la justice britannique ne veut pas admettre qu'elle s'est trompée.
D'après l'histoire vraie d'une bavure judiciaire révoltante, adaptée du livre autobiographique "Proved Innocent" de Gerry Conlon.Pour tenir le rôle, Daniel Day-Lewis perd plusieurs kilos et demande à subir des interrogatoires corsés comme son personnage dans le film.

Phantom Thread - vendredi 26 juin
Drame américain de Paul Thomas Anderson / 2018 / Avec Daniel Day-Lewis, Vicky Krieps, Lesley Manville
À Londres, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Reynolds Woodcock est le couturier attitré de la royauté, des stars de cinéma et des riches héritières. Avec sa sœur Cyril dans le rôle d'intendante, il règne sur le monde de la mode anglaise. Lorsque ce célibataire endurci s'arrête dans une auberge de campagne avant de rejoindre son cottage, une jeune femme vient lui servir un copieux breakfast. Il en tombe amoureux. Alma devient rapidement sa muse, son modèle et son amante. Le quotidien de Woodcock organisé au millimètre près s'en trouve bouleversé.

Récompensé de trois Oscars du Meilleur acteur, Daniel Day-Lewis a choisi de mettre un terme à sa carrière après "Phantom Thread", son dernier film. Il remporte son premier Oscar en 1990 pour "My left foot", un film de Jim Sheridan dans lequel il incarne l'artiste-peintre et poète irlandais, infirme, Christy Brown. Pour mieux s'identifier à son personnage, il a passé des mois en fauteuil roulant et s'est fait nourrir à la cuillère. Être vrai et non plus jouer, imiter ou faire semblant, une méthode de travail qui deviendra sa marque de fabrique. Il reçoit son deuxième Oscar en 2008 pour "There Will be blood" de Paul Thomas Anderson, pour son rôle de prospecteur d'or noir à l'époque de la transition de l'Amérique vers l'âge industriel. Il gagne le troisième Oscar en 2013 grâce à son interprétation d'Abraham Lincoln dans les derniers mois de sa vie et de son mandat, alors qu'il oeuvre pour l'abolition de l'esclavage. Le film de Steven Spielberg, "Lincoln", lui a demandé un an de préparation qu'il a occupé à lire une centaine d'ouvrages et à s'entraîner pour adopter les postures, les gestes et le timbre de la voix du président américain. Une parfaite réussite !

Sur le même sujet Comédie Drame

Et aussi dans les bouquets cinéma séries

Découvrir OCS

Les nouveautés de la TV d'Orange

OCS sur les réseaux sociaux