Le Mag TV

Irresponsable

saison 2 inédite

Le début d'une nouvelle vie

Dès le 22 février à 20h40

Irresponsable

La suite des aventures de Julien, l'homme qui ne voulait pas grandir dans sa tête.
Si Julien est toujours un handicapé de la vie, il a quelque peu mûri. Il a trouvé un travail à mi-temps dans le collège où Marie travaille et où son fils Jacques poursuit tant bien que mal sa scolarité. Un évènement inattendu dans la vie de sa mère va l'obliger à se remettre en question. Finie l'oisiveté insouciante chez Maman, Julien va devoir assumer sa vie de tous les jours et trouver un logement. Être père à 32 ans, passe encore, mais devenir totalement indépendant et prendre son destin en mains c'est tout autre chose ! Julien et sa mère Sylvie, Marie et Jacques vont devoir regarder la vie en face et franchir de nouveaux pas.

Rencontre avec Sébastien Chassagne qui endosse à nouveau le rôle de Julien, un personnage qui sous certains aspects, lui ressemble un peu !
L'association des critiques de séries vous a élu meilleur acteur face à Jude Law dans Le pape. Qu'avez-vous ressenti ?
Sébastien Chassagne : Ce n'est pas ce qui  m'a le plus impressionné en fait. Ce qui était fort c'était d'être devant tous les acteurs de cette catégorie. D'ailleurs, Laurent Capelluto qui était nommé pour la série Zone Blanche est venu me voir et m'a dit « Tu te rends compte, je suis venu de Belgique et tu m'as volé mon prix ! ». Jude Law, par contre ça impressionne mon entourage. A travers moi c'est la série qui est primée, et OCS aussi. Avec Irresponsable, ils ont privilégié ce qui touche les gens. Ils ont pris des risques dans la saison 1 et davantage encore dans la saison 2.

A la fin de la saison 1, on était très attaché aux personnages. On voulait savoir ce qu'il allait advenir de cette famille improbable. La suite était évidente ?

Non, la suite n'était pas évidente ! Ma « vraie grand-mère » pensait que j'allais avoir un deuxième enfant avec Marie. Mais elle prend sa vie en main et en décide tout autrement. Et la seconde saison revient là où on ne l'attend pas. Le postulat de base est énorme quand on y pense : un père de 30 ans qui a un fils de 15 ans. Et en même temps, cela pourrait arriver à n'importe qui. Les personnages ont des vies normales, mais avec un quotidien vertigineux ! La série se déroule comme sur des montagnes russes. Le gros du voyage se situe plus dans les sensations qu'on ressent. Dans Irresponsable, les situations sont certes grossies par rapport au réel. Mais elles sont aussi normales. En fait, il y a plein de trous dans le scénario qu'on se plait à remplir !

Frédéric et Camille Rosset, les scénaristes, ont beaucoup écrit en pensant à vous. Qu'y a-t-l de Julien chez vous ?

Je vous répondrai comme pour la première saison : les lunettes ! Au début je m'étais fait une fiche pour mieux dessiner le personnage, le mettre en musique. Sur la première saison, je ramenais tout à moi pour mieux construire Julien. Alors, que sur la seconde saison, j'ai eu moins la maîtrise du personnage. Les autres rôles ont pris plus d'importance et m'ont porté. Lui et moi, avons chacun pris notre autonomie. Il se trouve que j'ai eu moi-même un enfant et de fait j'ai mûri. Tout comme lui. Julien existe, il n'a plus besoin que je lui insuffle des moments de ma vie. Et je suis aussi porté par les acteurs formidables avec qui je joue : Nathalie Cerda, ma mère, Marie Kauffmann, Marie et Théo Frenandez, mon fils Jacques.

Cette série est un OVNI. A la base c'est un devoir de Frédéric Rosset pour la Femis. Elle aurait pu rester dans un classeur. Finalement, elle est réalisée et diffusée sur OCS. C'est un miracle ?

Avec OCS, j'ai l'impression qu'on a eu une réelle liberté pour raconter cette histoire.  Ils sont derrière le projet, nous soutiennent. En contrepartie, on bosse beaucoup plus, on a des journées « énormissimes ». Cela nous oblige à être bon tout de suite. Et puis OCS Signature c'est Lazy Company, France Kbek, Les Grands... Cela ressemble à une grande famille, une compagnie de théâtre. On est fiers de participer à la construction d'un label.

Et le succès ? La presse, les critiques, vous le vivez comment ?

A la base, je suis plus un acteur de théâtre, et puis cette série débarque, j'ai la chance de jouer dedans. Et je suis satisfait car j'ai acquis une certaine légitimité dans ma carrière. Je suis content aussi pour mon entourage. Le succès public et critique fait du bien, mais le respect des gens, c'est bien aussi. Parfois, dans ce métier, tu as envie de tout arrêter, de tout plaquer. La reconnaissance arrive et elle permet de se remotiver quand le doute s'installe. Alors je me dis que je ne fais pas que « de la merde ».

Une saison 3 ?
C'est possible ! La fin de la saison 2 est plus ouverte que ne l'était celle de la saison 1. Frédéric et Camille, les scénaristes avaient dit dès le départ, que cette histoire aurait 3 chapitres, comme un triptyque.

L'actualité de Sébastien Chassagne, c'est aussi le tournage du prochain film de Michel Leclerc, La lutte des classes avec Edouard Baer et Leïla Bekhti. Une web série Doxa sur la manipulation des chiffres de sondage. Gaston Lagaffe, en salles le 4 avril et la tournée de la pièce Ciel mon placard.

Dernière minute : Sébastien Chassagne a reçu le Prix du meilleur espoir masculin et Stephen Cafiero celui du meilleur réalisateur lors de la 20e édition du Festival des créations télévisuelles de Luchon.

Irresponsable, saison 2 inédite en février sur OCS

par OCS

Irresponsable, saison 2 inédite en février sur OCS

vidéos similaires

lecture autoOUINON
Sur le même sujet Série