Le Mag TV

Mike

Saison 1, inédite

La gloire, c'est comme la lumière, elle s'allume, puis elle s'éteint !

Dès le 24 janvier

Mike
Mike

Mike, la quarantaine, a connu une gloire fulgurante au début des années 2000. « Dis-le moi en face » a dépassé le million de ventes. Mais hélas, un petit tube dans la chanson et puis s’en va…
Peu à peu, il est redevenu un anonyme. Adieu, fans, gloire et vie de gala.
À présent, Mike vit seul avec son manager, divorcé de Caroline avec qui il a eu une fille, Liv 11 ans. Son ex l’a quitté pour une femme qui lui apporte amour et équilibre.Pourtant, il les aime, sa femme et sa fille. Il fera tout pour les reconquérir et retrouver aussi cette gloire éphémère en essayant de ne pas détruire tout ce qu’il touche comme à l’accoutumée.
Mike c’est Max Boublil, celui qui a connu une notoriété folle grâce à une chanson postée sur Internet en 2007 : « Ce soir, tu vas prendre ». Ensuite, à l’inverse du héros de la série, sa vie ne s’est pas arrêtée. Bien au contraire, aujourd’hui, après une carrière bien remplie (stand-up, comédien, scénariste…), on le retrouve à la fois co-auteur et comédien dans le rôle principal de la série.
 
Max Boublil :
Rien à voir avec mon expérience et la chanson qui m’a fait connaître. En fait, on voulait plutôt raconter comment, avec des chansons « mainstream », très grand public, on peut du jour au lendemain devenir quelqu’un de très connu, la star du moment. Et puis une fois l’effet retombé, vivre une lente déchéance. Quand les mecs ne sont plus dans la lumière, ils passent du Zénith à des petites salles, puis après plus rien.
Pour un comédien ou un humoriste comme moi, ce n’est pas le même boulot. Il faut travailler le terrain, aller chercher les gens, conquérir son public petit à petit pour arriver en haut de l’affiche.
Mike c’est une comédie, mais c’est aussi une histoire filmée à hauteur d’homme avec le show-biz en toile de fond. C’est aussi un regard sur les sentiments humains et la paternité.

Mike court tout au long de la série après la gloire, mais aussi après sa femme, sa fille, c’est un looser battant, un battant looser ?
C’est un looser, mais c’est aussi quelqu’un qui se bat. Il court certes après la gloire, mais il court aussi après son ex et sa fille, il veut à tout prix reconquérir sa famille. Il se sent bien et heureux que lorsqu’ils sont ensemble tous les trois.
Il a des défauts, il fait souvent les mauvais choix et tout ce qu’il faut pour tout gâcher. C’est un type qui se tape beaucoup de nanas, mais en fait, il va comprendre petit à petit que ce qui compte le plus pour lui c’est sa famille et le sentiment de paternité.

Brunot Lochet, Claire Nadeau, Richard Berry, Philippe Katerine, Sinclair… Casting de luxe ?
Avec OCS les budgets sont serrés, mais cela nous oblige à l’excellence avec peu de moyens et une histoire forte. Ce qui est génial, c’est que l’on a réussi à avoir tous ces acteurs parce qu’ils ont aimé l’histoire et ont accroché avec notre écriture. Ils ont aimé le scénario et du coup, tous ont accepté.
Ensuite, on bosse beaucoup, mais on s’amuse aussi dans un espace de totale liberté, avec un ton transgressif qui ne passerait pas chez certains diffuseurs.Philippe Katerine a adoré faire ce méchant, il jubilait.
Claire Nadeau, en femme d’un certain âge qui aime les armes à feu et se bourre en boîte toutes les nuits, s’est beaucoup investie dans le rôle. Elle était sans cesse présente sur le tournage.Son couple avec Richard Berry marche à fond, ils ont apporté beaucoup de réalisme à l’histoire.
Bruno Lochet avait peur d’être malhabile dans ce rôle de manager qui tombe amoureux du producteur et pourtant, ils sont tous les deux plus que crédibles. Ils sont loin des stéréotypes des homos  jeunes et beaux. Ce sont deux gros graisseux qui tombent amoureux…Sinclair est un pote qui nous a facilement rejoint…
Bref, un beau casting pour une belle histoire.

Mike, un éternel « adulescent » comme Max Boublil ?
Les comédies françaises traitent souvent ce thème. Lui, l’est sans l'être. C’est aussi un adulte qui fait des mauvais choix, il est destructeur, il fout tout en l’air.
Sous certains aspects, il me ressemble un petit peu. Comme Mike, je continue à faire des trucs qui me font rire, à faire n'importe quoi !
Quand je dépose ma fille à l’école, les autres parents me regardent un petit peu. On me fait souvent la remarque par rapport à mes vêtements. Je porte les mêmes que quand j'avais 15 ans !

Une suite ?
On a plutôt envie. On va voir, cela dépend de l’accueil du public. La scène de fin laisse une possible ouverture pour un nouveau départ, de nouvelles histoires à raconter.
En tout cas, on a de bonnes idées avec Frédéric Hazan, mon ami et coscénariste. On a fait une série sur l’amour, une série de potes. On est prêt à recommencer !

Retrouvez Max Boublil dès le 24 janvier à 20h40 sur OCS Max et sur OCS Go.

Sur le même sujet Humour Série

Et aussi dans les bouquets cinéma séries

Découvrir OCS

Les nouveautés de la TV d'Orange

OCS sur les réseaux sociaux