Le Mag TV

Soirée Jim Jarmusch

Un cinéaste sans genre et sans frontière

Jeudi 29 novembre à 20h45

Loin des carcans d'Hollywood, Jim Jarmusch a su construire sa carrière selon ses envies et la volonté de mettre en avant des individus lambda ou marginaux. Même si le cinéaste vogue d'un style à l'autre, son univers est reconnaissable par l'ambiance et les sentiments qui s'en dégagent. Son nouveau projet, un film de zombies hilarant avec  Bill Murray et Selena Gomez. Dans l'attente, retour sur l'homme et deux de ses films phares :

20h45 : Paterson

La trentaine, Paterson est chauffeur de bus dans une petite ville de New Jersey. Il mène une vie tranquille avec son épouse Laura et Martin, leur bouledogue anglais. À ses heures, Paterson est aussi poète. Il prend ses notes sur un petit carnet qui ne le quitte pas...
Jim Jarmusch illustre la beauté d'un quotidien où rien ne se passe grâce aux vers du poète américain Williams Carlos Williams. Des vers dictés avec brio par Adam Driver, révélé par son rôle de Kylo Ren, le méchant dans l'épisode 7 de Star Wars.

22h45 : Jim Jarmusch, poèmes sur pellicule (2018) de Stefan Cornic

Un film documentaire sur le parcours et l'œuvre d'un cinéaste décalé, aussi musicien et féru de poésie anglaise. Entre New York et Paris, de "Permanent Vacation" (1980) à "Paterson" (2016), en passant par "Dead Man" (1995) avec Johnny Depp, la caméra revient sur 40 ans de carrière sans concession, une preuve d'amour pour le septième art.

23h45 : Stranger than Paradise

Caméra d'or au Festival de Cannes en 1984, ce road movie en noir et blanc dresse un portrait drôle et émouvant de trois jeunes gens paumés. D'origine hongroise, Willie (John Lurie) voit débarquer à New York sa jeune cousine de Budapest, Eva (Eszter Balint). En compagnie d'Eddie (Richard Edson), ils prennent la route pour Cleveland, puis la Floride... S'ensuit une étrange aventure à la fois burlesque et émouvante.
Une réflexion sur la vacuité du rêve américain accompagné d'un beau portrait d'immigrés au son des chansons de Screamin' Jay Hawkins.

Sur le même sujet Comédie Documentaire