Le Mag TV

Cendrine Dominguez

Quand déco rime avec beau

Interview

logo de la chaine
Cendrine Dominguez
Cendrine Dominguez et sa bande

Rencontre avec celle pour qui la décoration n'a quasiment plus de secrets. Cendrine Dominguez anime Téva Déco sur Téva depuis 1996. Depuis sa première émission, elle a fait des émules un peu partout dans le PAF. Devenue productrice en 2003, elle a conservé son rôle d'animatrice.
C'est une chef de bande que l'on retrouve chaque dimanche matin. Avec Jessica, Josie, Pauline et Tom, elle distille conseils, bonnes adresses ou coups de projecteur sur la déco et l'art de vivre, le tout dans la bonne humeur.

Comment devient-on la spécialiste de la déco à la télé ?
C'est un mélange de passion et de hasards.
Je suis arrivée à la télé par hasard. J'étais mannequin et un jour quelqu'un m'a dit que j'avais un physique à faire de la télé. J'y suis allée sans savoir ce que je pourrai y faire. Mais j'étais déterminée à le créer avec passion. Les gens rêvent de passer à l'antenne pour être connus ou reconnus. Je ne savais pas ce que cela voulait dire. Je l'ai compris après ma première année de Fort Boyard. C'était démentiel.
Mais ce n'était pas mon truc. J'avais envie de montrer le monde à travers la déco. L'émission sur l'art de vivre de Teva est arrivée au bon moment. En fait je ne suis pas une animatrice interchangeable. J'aime être identifiée dans un domaine. Et moi c'est la déco !

23 ans plus tard on arrive encore à se remettre en question ?
Oui, c'est comme dans un couple. Il faut se challenger tout le temps. Les premières saisons, on allait chez des gens connus. Comme ils avaient de l'argent, ils avaient forcément de belles déco ou de beaux objets chez eux. On se disait que l'on pourrait leur piquer quelques idées. Puis je suis devenue productrice de l'émission. On a arrêté d'aller chez les célébrités. Mais avec les rediffusions, on pouvait croire qu'on le faisait encore. Un jour, Stéphane Freiss m'a dit : « Tu sais, j'ai déménagé depuis et je ne vis plus dans le même décor ! ».
Et ?
Je me suis dit qu'on pourrait peut-être aller changer le décor chez des gens, des inconnus. On partait avec un gros camion, plein de meubles et plein d'idées. On allait aussi bien chez des particuliers que chez Emmaüs ou dans des hôpitaux.
Cela a duré longtemps jusqu'à l'explosion des émissions de déco sur M6.
Là je me suis dit : il n'y a pas de magazine qui traite du sujet. On a arrêté le réel et on est passé au virtuel.  Jessica se rend chez des personnes qui ont besoin de conseils d'architecture. Elle étudie leur cas et leur propose des plans virtuels pour mieux visualiser ce que cela pourrait donner. Tom détourne des objets pour en créer d'autres. Pauline décrypte les tendances et Josie joue au reporter déco.

C'est une émission de bande ?
Oui, elle me permet de rester jeune. Avec mes petits camarades, pas besoin de Botox, ils me portent. Leurs réflexions, leur curiosité font que je les aime. Un peu comme ma famille. Avec eux, on explique, on simplifie les choses sans exclure le téléspectateur.
Par contre, je suis aussi très exigeante avec eux. J'aime qu'ils aillent au fond des trucs, qu'ils ne bâclent pas les sujets, qu'on ne passe pas à côté de ce qu'on ne verrait pas de prime abord. Nous sommes là pour transmettre et donner le meilleur.
C'est une émission familiale, Thomas est le mari de ma fille et je les considère tous un peu comme mes enfants.

Plus personnellement, êtes-vous attachée à des objets ?
Oui, surtout aux objets d'art. Patrice avait acheté un buste qui ressemble un peu à d'Artagnan. Chaque fois que je le regarde, je suis épatée. J'aime aussi les livres que je collectionne. Les verres de Murano...

De fait, est-ce que la culture du beau existe ?
Oui et merci de poser cette question. Le beau c'est de poser son regard sur le quotidien. C'est reconnaître une matière, un tissu, un style, une époque. Le beau est partout. Au moment où je vous parle, il y a une femme qui passe. Elle porte un foulard rouge à pois blancs. Ce moment m'a donné l'envie d'une couleur. Le beau est partout. Il faut l'apprendre aux enfants. J'aime aussi l'idée que le beau peut être donné à tout le monde. Gaudi nous offre des jardins à Barcelone, des maisons qui ressemblent à des gâteaux, une cathédrale pas finie, mais tous cela est la quintessence du beau. Le beau transcende.
À ce sujet je suis en train de préparer un grand prime sur le beau !
Rendez-vous bientôt pour le découvrir !

À voir chaque dimanche à 10h30 sur Teva canal 35  de la TV d'Orange.

Sur le même sujet Interview

Et aussi dans les bouquets Famille

Les nouveautés de la TV d'Orange

La TV Orange sur les réseaux sociaux