Le Mag TV

Benjamin da Silva

Un journaliste comblé qui a réalisé son rêve de gamin !

Interview

Benjamin da Silva
Le spécialiste de la Liga

Doté d'un diplôme de communication, Benjamin da Silva voulait être journaliste. Après quelques années passées à enchaîner des piges, à frapper aux portes, il a trouvé enfin sa voie sur beIN SPORTS en commentant une des plus prestigieuses affiches de football au monde : LaLiga.

Comment es-tu devenu journaliste sportif ?
J'avais fait une maîtrise de communication à la Sorbonne, mais les écoles de journalisme n'étaient pas faites pour moi. J'avais envie de sortir de ce milieu scolaire, des carcans qu'il imposait.
J'étais passionné de sport, je lisais la presse, regardais les matchs, écoutais la radio.
Alors en parallèle, je faisais des stages, des piges. J'apprenais davantage sur le terrain. A l'époque le sport c'était forcément CANAL+. Il fallait que je rencontre des journalistes.
Je connaissais Christian Delcourt, spécialiste de la boxe pour la chaîne. Il avait été mon entraineur au foot. Il a été très précieux dans ses conseils. C'est l'une des plus belles rencontres de ma vie. Il m'a appris la technique et les méthodes. A côté de cela, j'ai aussi fait un grand travail en solo.

Comment es-tu arrivé chez beIN SPORTS ?
Pendant presque 8 ans, j'ai cumulé les piges à droite à gauche, Pathé Sport, CANAL+... Même si cela a été dur, ces années ont été belles, elles m'ont construit.
Quand beIN SPORTS s'est créée j'ai envoyé mon CV à Florent Houzot. Il m'a reçu le lendemain et m'a fait signer un contrat. On m'a dit que j'allais commenter LaLiga, j'ai commencé avec Sonny Anderson, avant d'enchaîner avec Omar Da Fonseca. Je connaissais bien le foot espagnol car en tant que pigiste j'avais commenté toutes les ligues européennes. Je savais qui étaient Messi et Ronaldo, ce que le Barça représentait.

Comment décrirais-tu ta relation avec ton binôme aux commentaires, Omar Da Fonseca ?
C'est une rencontre magnifique. On s'entend aussi bien dans la vie de tous les jours qu'à l'antenne pendant les commentaires. Parfois je suis un peu son garde-fou, mais souvent il m'entraîne dans ses fous-rires et ses délires. Ce n'est pas désagréable !

Le football espagnol c'est un spectacle...
C'est un jeu, mais c'est aussi un spectacle. Pour moi c'est un plaisir et un privilège de commenter des matchs aussi prestigieux avec quelques-uns des meilleurs joueurs au monde.

Un mot sur l'arrivée de Ben Arfa à Valladolid ?
Franchement je ne sais pas trop quoi en dire (rires) En tout cas ce n'est un risque pour personne. Ni pour Valladolid qui est 16e au classement, ni pour lui qui n'a pas joué depuis plusieurs mois. Il a un bon profil pour jouer en Espagne. Je pense que cela lui fera du bien de jouer là-bas.
Messi a marqué 14 buts en 16 matchs, Benzema 12 en 20 matchs et Griezmann 7 en 20 matchs, cela donne une idée des rapports de force...
C'est logique. Cela fait une décennie que c'est comme cela. Messi est le plus grand joueur au monde. Certes il est dans une équipe qui est moins forte aujourd'hui, mais le jeu reste le même pour lui.
Benzema est dans la continuité de ce qu'il sait faire. Griezmann doit trouver ses marques.
Mais il est vrai qu'à mi-parcours de La Liga, les 3 grosses équipes ne donnent pas satisfaction : le Real se cherche, l'Atlético pratique un jeu restreint et enfin, le Barça joue sans briller...

Comment vivez-vous votre métier de commentateur ?
Je le vis avec passion. C'est une chance pour moi, c'est le métier que je voulais faire quand j'étais gamin. Mon mot-clé c'est le plaisir, celui de partager mes émotions, tout en faisant le job le plus sérieusement possible, en commentant les matchs avec le plus de fond. J'analyse le jeu et les équipes. Et puis ça ne reste que du football. C'est un vrai kiff de pouvoir rire et sourire. C'est cela que j'aime sur beIN SPORTS, on nous laisse la liberté de ton.
A la fin d'un match, je suis aussi très lucide. Je ne me dis pas que j'ai été bon.
Je veux que mon employeur et les abonnés soient satisfaits, me dire que je n'ai rien raté du match.
Par contre je me demande souvent comment me renouveler, ne pas rentrer dans la routine en gardant les mêmes réflexes. Je souhaite évoluer avec le temps et utiliser au mieux les nouvelles technologies.
Mon leitmotiv c'est : « comment faire toujours mieux ».

Et votre maman, elle vous envoie toujours des sms après les matchs ?
Avant, pendant et après ! Elle est tellement fière de voir que j'ai pu accomplir mon rêve d'enfant.
Elle ne juge pas mon travail, mais commente toujours mes cravates par contre ! (rires)

Sur le même sujet Interview

Plus de sports

Les nouveautés de la TV d'Orange

La TV Orange sur les réseaux sociaux