Le Mag TV

Julien Brun

Ligue 1 et Champions League féminine, la parité dans les commentaires !

Interview

Julien Brun
Julien Brun

Il trouve qu'il n'a pas la voix assez grave, il ne fume pas et ne boit pas de café. Il puise son adrénaline sur les terrains de foot lorsqu'il commente les matchs. Que ce soit la Ligue 1 ou la Champions League féminine, la « Ligue des Championnes » comme il aime à le dire, Julien Brun commente les matchs avec talent et une pointe d'humour sur beIN SPORTS.

Quel a été votre parcours jusqu'à votre arrivée chez beIN SPORTS ?
J'ai toujours adoré le foot. J'y ai joué quand j'étais gamin en Picardie. Je ne ratais aucun match à la télé. Quand il a fallu choisir une orientation scolaire et un métier, j'ai eu un parcours classique, à la fac puis en école de journalisme. Le foot est par la suite revenu à moi et je suis devenu journaliste sportif. Avec un parcours logique, comme pigiste puis comme titulaire. Je commente le foot depuis 15 ans et je suis arrivé au lancement de beIN SPORTS.

Vous avez été élu, il y a 2 ans, 3e meilleur commentateur par France Football...
Oui en même temps ce n'était qu'une consultation faite par le journal. Comme je ne suis pas forcément le commentateur le plus visible, le plus exposé, ce fut une surprise positive pour moi. Mais je garde la tête froide, il y a aussi des gens qui ne vous aiment pas.
J'ai pris cela comme un signe positif d'encouragement.

Vous êtes un journaliste atypique, vous dîtes aimer les silences...
Quand on commente on a de gros casques qui nous isolent du bruit. Néanmoins, on entend bien le son du stade et il n'est parfois pas nécessaire que je décrive ces agitations.  
Pour l'hommage à Emiliano Sala, j'ai enlevé mon casque et je n'ai pas dit un mot, sous le coup de l'émotion.
Quand le jeu est en cours, je considère que le son du stade est une des composantes du spectacle.
Quand on me dit que je brille par mes silences, je prends cela comme un compliment.
La « musique » de mes commentaires est là pour accompagner le jeu. A la différence de la radio où le commentaire a une importance majeure, les images parlent en télé.
Je ne suis qu'un lien entre le jeu et  nos abonnés.
D'ailleurs avec les nouvelles technologies on pourrait offrir aux téléspectateurs un canal avec  uniquement le son du stade, pour qu'ils puissent choisir !

Quel est votre regard sur la Ligue 1 Conforama ?
J'ai toujours la même envie. J'ai la chance de la vivre sur le terrain, d'être au plus près des joueurs, du staff, même si chaque année c'est un peu différent.
Cette saison, nous avons de bonnes surprises. Certes il n'y a pas de suspense pour la 1ère place car le PSG caracole en tête.
C'est différent de la saison 2016/2017 où Monaco a remporté le titre alors que 3 équipes se battaient pour le décrocher.
Je lis ici et là que le niveau est faible, alors que nous avons de bons joueurs, des jeunes. Le problème est qu'ils partent à l'étranger, il faut donc faire progresser des petits nouveaux pour garder le niveau.
Mais regardez l'OM, ils arrivent à avoir des résultats alors qu'ils n'ont pas forcément des supers joueurs à tous les postes. Ils ont des attaquants qui marquent peu de buts. Thauvin est absent, mais il y a une union sacrée autour du club !

Si vous ne deviez retenir qu'un joueur, quel serait-il ?
Eduardo Camavinga qui joue à Rennes. Des garçons jeunes et brillants comme lui on en voit un tous les 3/4 ans. Il coche toutes les cases. Sur la pelouse il a tout ce qu'il faut. Il est jeune et a son avenir devant lui !

Votre plus fidèle supportrice ?
Ma fille. Je suis papa d'une ado qui ne rate aucune de mes apparitions, ce qui l'intéresse ce ne sont pas les matchs, mais ma tête. Alors je reçois un sms au début de chaque match ! Elle commente mon look, ma cravate. Ce sont des clins d'œil d'une fille à son père et j'aime bien cela parce qu'on s'entend bien !

Sur le même sujet Interview

Plus de sports

Les nouveautés de la TV d'Orange

La TV Orange sur les réseaux sociaux