Le Mag TV

Xavier Vaution

De Charleville Mézières aux USA, rencontre avec le chef de la rubrique NBA sur beIN SPORTS, passionné de culture américaine

Interview

C'est parti pour une nouvelle saison de NBA aux États-Unis, portrait du spécialiste du basket, le journaliste français, Xavier Vaution.


Les fans de Basket vous connaissent, mais pour les autres qui êtes-vous ?Je suis né à Charleville Mézières et j'ai fait une école de journalisme. Mon premier stage c'était à TF1 pendant la Coupe du monde de football en 1998. J'ai donc commencé par le foot aussi bizarre que cela puisse paraître. Puis j'ai suivi Hervé Mathoux sur Canal +, toujours pour le foot. Une place s'est libérée au service sport US. J'ai été formé par Bruno Poulain et j'ai commencé à travailler avec George Eddy sur le basket. Ce n'était pas facile de bosser avec lui car c'était et c'est toujours une légende. Cela a duré 15 ans. Et puis il y a eu l'opportunité beIN qui a récupéré la NBA. J'y suis depuis 2012 et nous avons monté le service Basket en recrutant Eric Micoud, Rémi Reverchon, ... et Jacques Monclar une autre grande pointure du basket. J'ai eu carte blanche pour traiter de la NBA.

La NBA un sport à part ?
Le basket américain n'a rien à voir avec le basket français. Une saison de NBA ne ressemble pas à celle des clubs français, même pas avec le foot et la Ligue 1. Il y a un côté très « show », « entertainment »... Le basket s'inscrit dans l'esprit du sport aux USA. Il est dans les gènes de la culture américaine. Il est inscrit dans la « street culture ». J'aime cette différence liée à la culture américaine, même si je ne renie pas mes origines ardennaises et que je suis les évolutions de l'équipe de Charleville !

Le style Vaution ?
Un style, je ne sais pas. En tout cas mon métier est facile car je bosse avec des gens que j'aime. Il y a un excellent esprit d'équipe sur beIN SPORTS. J'ai la confiance de mes patrons.On essaye de divertir le public qui nous regarde la nuit. Ce monde de la nuit est un peu à part, nous sommes seuls dans les studios, donc on se motive les uns les autres et si le match est « chiant » on essaye de s'en sortir par l'humour ou les bons mots. Quotidien sur TMC se moque gentiment de nous parce que parfois nous partons en vrille dans nos commentaires, tout en respectant tout de même les spectateurs. Cette bonne ambiance est dûe à nos personnalités.

NBA Extra, un challenge ?
L'émission fonctionne parce qu'il y a un bon esprit d'équipe. Tous les matins à 9 heures on fait le point sur les matchs de la veille et on décide de ce dont on va parler. Ensuite l'émission est sans filet. On débriefe en direct et les discussions en plateau ne sont pas forcément inscrites dans le conducteur. C'est notre 7e saison de NBA, donc nous nous connaissons bien les uns les autres avec Jacques Monclar, Mary Patrux, Rémi Reverchon, Eric Micoud et Chris Singleton.... Il y a une bonne osmose entre nous et les téléspectateurs peuvent le ressentir à l'antenne. Avec les spécialistes, nous travaillons à la vulgarisation de ce sport, et de fait, de plus en plus de gens se passionnent pour la NBA. D'où le succès de l'émission.

Une nouvelle saison ?
Contrairement à ce qui se dit, je pense que la nouvelle saison sera plus ouverte, même si elle semble dominée par les Warriors et son célèbre joueur Stephen Curry, il faudra aussi compter sur Boston et Toronto. La saison n'est pas jouée d'avance. Houston peut aussi faire changer la donne. En fait on peut se poser plus de questions sur les Warriors et leur capacité à tenir sur la durée. Il y a donc des incertitudes et c'est ce qui va être passionnant à suivre sur beIN SPORTS cette année.

À partir du 16 octobre, beIN SPORTS diffusera jusqu'à 14 matchs chaque semaine tout au long de la saison.
L'émission NBA Extra à suivre du lundi au samedi de 12h45 à 13h30 en direct sur beIN SPORTS 1 (rediffusion à 18h).
Retrouvez aussi Rémi Reverchon dans Sunday Night  Live, autour du match proposé en direct et en prime-time le dimanche.