Le Mag TV

Carbone

La faille sur le marché des droits de polluer qui a coûté 1,6 milliards d'euros à la France

logo de la chaine

Un polar français sur "l'escroquerie du siècle"

Depuis dix ans, Antoine Roca (Benoît Magimel) se bat comme un forcené pour maintenir à flot la PME créée par son père, trente ans plus tôt. Mais, criblé de dettes, il est menacé de perdre l'entreprise familiale de transport routier.
Après avoir consulté son ami expert-comptable, Laurent Melki (Michaël Youn), il a l'idée de monter une arnaque, la fraude à la "taxe carbone". Les frères Éric et Simon Wizman (Idir Chender et Gringe), deux copains de poker, et leur mère, Dolly (Dani), restauratrice, vont l'y aider. Mais pour lever des fonds, Antoine ne peut compter sur son richissime beau-père, Aron Goldstein (Gérard Depardieu), qui n'a que mépris pour son gendre. Malgré les avertissements de Laurent sur les risques qu'il encourt en trompant le fisc, Antoine demande à Kamel Dafri (Moussa Maaskri), une figure du grand banditisme, de lui prêter de l'argent.

Réalisateur Olivier Marchal / Policier / 2017 / France
Avec Benoît Magimel, Gringe, Idir Chender, Laura Smet, Michaël Youn, Dani.

Le film est inspiré d'une histoire vraie qui a fait la une des journaux à la fin des années 2000, la fraude à la TVA sur les quotas de carbone dans l'Union européenne. Pour limiter l'émission des gaz à effet de serre, l'État français a créé un marché permettant d'attribuer des quotas aux entreprises les plus polluantes, puis il l'a étendu à toutes les sociétés. Celles-ci pouvaient les revendre si elles n'avaient pas atteint leur plafond, ou racheter les quotas des entreprises qui ne les avaient pas dépensés. Sur ces quotas achetés hors taxe et revendus toutes taxes comprises, l'État se chargeait d'avancer la TVA. Sans contrôles sur la réalité des acheteurs et des vendeurs, des escrocs ont profité de cette faille pour organiser une vaste opération frauduleuse et empocher les profits générés par la non-rétrocession de la TVA au fisc français.

Olivier Marchal a d'abord été inspecteur de police à la Brigade criminelle de Versailles avant de rejoindre la section antiterroriste. En parallèle, il se passionne pour le théâtre et suit des cours au conservatoire. En 1988, José Pinheiro lui confie un petit rôle dans "Ne réveillez pas un flic qui dort" aux côtés d'Alain Delon et de Michel Serrault. En 1993, Claude Zidi fait de lui l'inspecteur Petrini dans "Profil Bas", avec Patrick Bruel. Il quitte alors la police et entame sa reconversion en écrivant des scénarios pour la série "Commissaire Moulin".
Olivier Marchal réalise son premier long-métrage, "Gangsters" en 2002. Deux ans plus tard, il signe "36 Quai des Orfèvres", une plongée au coeur de la Direction de la police judiciaire de la Préfecture de Paris, confrontant Daniel Auteuil et Gérard Depardieu. Son film a reçu huit nominations aux César, dont celui de Meilleur réalisateur.

Disponible à l'achat le 1er mars à 13,99€ et en location le 7 mars à 4,99€.

Sur le même sujet Thriller/policier